Les mathématiques sont bien souvent perçues comme la science de l’absolu, de la vérité absolue, ne pouvant être relative.

1+1 = 2

C’est bien connu. Alors comment pourrait on dire le contraire ? En effet la démonstration , mécanisme de logique implacable, serait sensé garantir l’absoluité du résultat auquel il conduit. Mais à partir de quel postulat de départ raisonne-t-on ? Celui-ci a-t-il été lui même démontré ?

On perçoit bien qu’il faut à un moment partir d’hypothèses, qui par définition ne peuvent être certaines. Ces hypothèses sont appelées « axiomes » en mathématiques, qu’Euclide définissaient comme des « affirmations évidentes qui n’avaient nul besoin de preuve » .

C’est alors qu’entre en scène Étienne Ghys, Professeur de mathématiques à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, célèbre pour ses travaux de vulgarisation .
Au cours de cette conférence , donnée dans le cadre des Ernest  » 15 minutes pour changer notre vision du monde  » , il remet en question, avec beaucoup d’humour et de générosité, les fondements des mathématiques : les axiomes. Il nous montre comment, sortant du cadre classique de la géométrie euclidienne qui nous est enseignée exclusivement à l’école , des perceptions différentes et au delà des mondes différents peuvent être créés.

Au terme de ces 15 minutes, posez vous la question :

Voyez vous toujours les mathématiques comme une science de l’absolu ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s