Adieu Facebook je t’aimais bien. Adieu Facebook, je t’aimais bien, tu sais.

Le temps de la découverte : l’émerveillement

On en a passé des bons moments ensembles, mais il est l’heure de nous quitter.

C’était chouette au début. On passait du bon temps, on ne se prenait pas la tête. Chacun avait son jardin secret , ses activités , son temps libre. Que de découvertes ensembles . Grâce à toi, j’ai repris contact avec de vieilles connaissances. Des amis d’école primaire, du collège ,du lycée .

Ce fût aussi le temps des premiers « Poke » , des premiers statuts. A nos débuts tu ne parlais pas français, mais pour toi je maniais la langue de Shakespeare. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes virtuel .

Le temps des habitudes et de la lassitude

Puis est venu le temps de l’ennui, le besoin succédant à l’envie.

J’avais besoin de te voir tous les jours. Il faut dire que tu ne me laissais pas décrocher, avec tes notifications incessantes. Tu avais su te rendre indispensable. Je pouvais désormais contacter mes amis, avoir de leurs nouvelles, faire un tour de l’actualité quotidienne, tout cela sans lever le petit doigt.

Sous prétexte de vouloir me simplifier la vie, tu l’avais en fait envahie, en avait infiltré toutes les parties (ou presque).

Le temps de la répugnance

Enfin, les choses se sont détériorées entre nous. Le point de non-retour franchi, on ne peut faire demi-tour.

Ce n’est plus comme avant, et ce ne le sera plus jamais.Tu as changé.

J’en ai marre de ne plus avoir des nouvelles de mes amis, mais des publicités, déguisées en actualités. Alors je n’ai pas envie d’attendre ton cadeau de la nouvelle année, qui me permettra ( je te remercie de cette considération) de choisir par quels détritus publicitaires je souhaite être pollué.

Douce pollution personnalisée , sur mesure.

Epilogue

Je veux redonner au sanctuaire de ma vie privée son intimité

Redonner à mes amitiés leurs lettres de noblesse, hors du fil d’actualité

Je veux avoir de mes amis , les nouvelles qu’ils voudront bien me donner

Et dans ces moments partagés, de par leurs sourires , leurs rires, les sublimer

Je veux plus de temps pour partager ces moments, et partir va m’y aider

Me libérer

Ô doux vertige, Ô douce nostalgie

 Ô liberté

Il est l’heure de se quitter.

Karim Indé(pendant)

Publicités

Une réflexion sur “Adieu Facebook, je t’aimais bien

  1. Même chose pour moi. Et puis ce n’est pas tout d’être contestataire, encore faut-il être cohérent. Adieu aux amis et aux amis de la n.s.a et consorts.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s